Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 avril 2011 6 09 /04 /avril /2011 15:59

Voici une méditation très profonde proposée par le Centre de Yoga de l'Aube et offerte dans la newsletter de ce mois d'avril.

 

"Le Centre de Yoga de l'Aube a été créé pour concrétiser l'état d'esprit du yoga, grâce à l'aspiration et la volonté commune d'un groupe de pratiquants. Les enseignements suivent la méthode mise au point par Swami Satyananda Saraswati, une association des voies du yoga et d'un ensemble de pratiques pour le corps, le mental et l'esprit." La suite en cliquant sur [...]


Une méditation pour guérir son coeur et écouter son langage

"Asseyez-vous dans une position confortable, jambes croisées.Vérifiez la détente et la solidité de la base de votre posture. Puis commencez par installer un état de calme et de stabilité, appelé Kaya Sthairyam. Percevez tout votre corps, détendez-le et acceptez de ne plus bouger. Concentrez-vous quelques temps sur le corps et la sensation d'immobilité.

Portez ensuite votre attention au niveau du sternum, à l'avant et au centre de la poitrine. C'est le kshetram ou point d'activation du chakra anahata. Les chakras sont situés le long de la colonne vertébrale mais ils ont aussi une correspondance à l'avant. Depuis ce point central du sternum, vous allez suivre une ligne horizontale : à l'inspiration, le souffle et l'attention circulent de l'avant vers l'arrière et à l'expiration, de l'arrière vers l'avant. Votre respiration est naturelle, sentez-la qui se fraye un passage vers le chakra à l'inspiration ; à l'expiration, vous revenez vers l'avant. Votre conscience s'absorbe dans ce mouvement. Peu à peu vous serez capable de voir le passage psychique qui rejoint le kshetram et le chakra. Votre respiration devient subtile et légère, elle rejoint les deux points. Votre attention s'immerge dans la sensation du passage et la perception d'anahata chakra. Introduisez maintenant le mantra OM, un son mental continu accompagne l'inspiration vers l'arrière et un autre son revient en avant avec l'expiration. Vous avez ainsi trois éléments à unir, le souffle, l'attention qui circule dans le passage et le son Om. Sentez que le souffle et le mantra ouvre cette région, sensibilise votre coeur et le guérit. Continuez cette pratique encore 5 à 10 minutes.

Puis laissez votre mental se relâcher en gardant le corps immobile. Posez votre attention au centre de l'espace de la poitrine et ayez conscience de votre être sous la forme d'une petite flamme fixe et lumineuse. Chantez 3 fois le son Om, les vibrations sonores emplissent l'espace de votre coeur. Revenez au corps et à l'environnement. Bougez lentement et quittez la posture assise."

 

Extrait de la Newsletter n°20 - avril 2011, Centre de Yoga de l'Aube

 

Pour tous les amoureux du yoga et les curieux, vous pouvez vous abonner gratuitement à la newslettrer dont est extrait cette méditation, en cliquant ici.

 

Vous pouvez aussi directement vous rendre sur le site en cliquant ici, ou sur leur blog en cliquant ici.

Repost 0
Published by Guimay - dans Pratiques
commenter cet article
2 mars 2011 3 02 /03 /mars /2011 13:50

ericbaretetplacide

Placide Gaboury [à gauche] en compagnie d'Eric Baret.

 

"La méditation n'est pas une discipline à laquelle on astreint son corps, mais une ouverture par laquelle on laisse la vie conduire l'être. Car tout ce que l'on fait, finalement, c'est répondre à une invitation..."

 

Placide Gaboury

 

Ces paroles correspondent aux premières lignes d'un article très intéressant ou il est question de la méditation, de ce qu'elle et n'est pas, des techniques, etc.

 

Pour lire cette article dans sa totalité,

cliquez sur Inviter la grâce par Placide Gaboury.

 

Source texte : http://www.passeportsante.net

Repost 0
Published by Guimay - dans Pratiques
commenter cet article
19 septembre 2010 7 19 /09 /septembre /2010 12:13

J'avais perdu l'habitude de me masser les pieds, le soir juste avant de me coucher ou presque. Disons au moment où la journée touche à sa fin, où l'on ressent le besoin d'enlever ses chaussettes et de se retrouver avec soi. J'ai récemment repris cette habitude, quel bonheur ! Je me sens bien alors sur la 'Terre sacrée".

Les exercices suivant sont tirés d'un article de Psychologies.com où il est question du hara. Sans vouloir particulierement traiter de cela ici, j'avais juste envie de vous faire partager ces quelques exercices lu un jour sur le net - voir le très bon blog Phytospiritualité. Je ne vous le cache pas le troisième est mon préféré. S'il existe de nombreuses façons de se masser les pieds et qu'il reste important de se laisser aller à son ressenti, ces exercices n'en demeurent pas moins intéressants. Bonne lecture et pratique !


 

"Les pieds sur terre

massage des pieds

Pour s’épanouir, le hara a besoin d’un appui solide : les jambes. Il est donc nécessaire de bien poser les pieds sur terre.

- Le matin, pieds nus, marchez lentement en déroulant vos pieds sur le sol.

Commencez par le talon, la plante des pieds, puis les orteils. Faites-le en conscience.

- Au bureau, bien assis dans votre bassin,

faites glisser vos pieds sur des petits rouleaux de massage en bois. Mais pas de façon mécanique : focalisez toute votre attention sur ce geste.

- Le soir, prenez votre pied gauche dans votre main droite. Doigts de pied et doigts de main croisés, écartez vos orteils et utilisez votre paume

pour relancer la circulation dans la voûte plantaire.

Changez de pied."

 

La détente
Difficile de développer son hara le ventre noué par le stress. Apprenez à vous détendre. Pour faire le vide et chasser les tensions corporelles, répétez cet exercice : une main sur la poitrine, l’autre sur l’abdomen, inspirez en gonflant le ventre et expirez en dégonflant. Puis haussez les épaules, en inspirant (par le buste). Maintenez quelques secondes, et relâchez en expirant (par le ventre). Cinq fois."

 

Source texte : http://www.psychologies.com/Bien-etre/Sante/Se-soigner-autrement/Articles-et-Dossiers/Hara-la-force-vient-du-ventre#2

Source image : http://espaceducalme.canalblog.com/

Repost 0
Published by Les chemins de la sagesse - dans Pratiques
commenter cet article
12 août 2010 4 12 /08 /août /2010 18:17

 

Un autre exercice tiré du livre d'Henri Brunel, Guide la relaxation pour tous ceux qui n'ont pas le temps, que l'on trouve aussi chez Librio sous le nom, La relaxation pour tous, pour deux euros. Pour ma part j'ai trouvé le contenu de cette article à l'adresse suivante http://www.yogamrita.com/blog/2010/04/17/shanti-mudra-la-relaxation-secrete-dhenri-brunel/

 

 

« Cet exercice, tel un joyau précieux, doit demeurer secret. »

 

"Ainsi les grands Rishis(1) parlaient-ils de Shanti-mudra (le geste de la paix).

Mon intention n’est pas d’initier le pratiquant néophyte aux complexités du Pranayama et à Shanti-mudra(2). Mais pour avoir souvent eu recours personnellement à Shanti (prononcer « chânn… ti» en allongeant le son chânn…), j’en connais les bienfaits. Je n’ai pas eu le cœur d’en priver mes lecteurs et de ne pas le citer parmi les formes de relaxation privilégiée. J’en présente donc une formule très simplifiée, qui fera peut-être hurler les initiés. Pourtant j’ai gardé de shanti la substantifique moelle, le nu essentiel, et tel quel il reste une oasis de grâce et de paix. Un dernier mot: cette relaxation est dite «secrète» parce qu’elle ne peut renier tout à fait ses origines, parce qu’il est conseillé de ne l’utiliser qu’en privé et de n’en point parler. Elle touche à l’intime de l’être.

1. S’installer dans un endroit isolé

(Il m’est arrivé de ne pouvoir disposer d’un seul instant de solitude et de me réfugier deux minutes dans les toilettes pour exécuter Shanti.) Prendre une posture de stabilité classique(3) ou assis sur une chaise basse, l’essentiel est de garder le dos bien droit.

2. « Le Geste de la Paix »

  • Pointez les deux mains en direction de l’abdomen (paumes à l’intérieur)
    [personnellement j'ai appris à commencer le Shanti Mudra en Dhyana Mudra, mains posées l'une sur l'autre, comme sur la photo du haut].
  • Expirez en essayant de contracter le muscle relevateur de l’anus (Mula Bandha).
  • Relâchez doucement le muscle relevateur de l’anus (vous dénouez Mula Bandha). Inspirez en laissant bomber légèrement le ventre.

Le Shanti Mudra

  • Les mains s’élèvent en même temps que le souffle. Les doigts sont toujours pointés vers le bas.
  • Le souffle atteint le plexus … Placez les doigts à l’horizontale, les mains se font face. Écartez largement l’accordéon des côtes, les mains montent régulièrement.
  • Le souffle atteint la zone claviculaire … Vous surélevez le thorax …

Le Shanti Mudra

  • Les mains continuent leur ascension en un mouvement lent, régulier, harmonieux; elles passent devant la gorge et le visage.
  • Votre inspiration est achevée, vous bloquez le souffle. Les mains s’écartent, coudes légèrement repliés vous les élevez souplement au-dessus de la tête.

  • Les mains s’immobilisent enfin, paumes tournées vers le ciel. Le visage renversé, les yeux fermés en direction d’un soleil réel ou imaginaire … vous prononcez mentalement le mot « paix» ou « chânn … ti, ti » si vous le préférez.

Arrêtons-nous sur cet instant capital. Les mains et le visage regardent vers le ciel. Le mot « paix» (shan-ti) envahit votre conscience. Le souffle est suspendu (ne pas excéder vingt secondes chez les débutants). Alors une transmutation s’opère, qui vous affranchit de vos regards habitués, touche votre « Je essentiel », Le corps se fait prière, le corps se fait offrande, chanson accordée à la mélodie continue de l’univers.

« La poésie la plus élevée essaie de balbutier ces choses … », écrit Valéry, mais comment les articuler? Comment décrire cet état où nous nous sentons en harmonie avec le cosmos, fragile étincelle cousine des étoiles ? Il y a dans cet état une occasion, une capacité d’Absolu. Chrétien j ‘y cherche mon Dieu. Mais Shanti-mudra ne s’attache à aucune religion, à aucune croyance, il n’impose aucune spiritualité. Il ouvre le cœur sur l’infini et chacun y met ce qui lui plaît. Pour certains d’ailleurs ce n’est qu’un geste de sérénité. Chez tous survient l’apaisement physiologique et mental, la relaxation.

  • Vous expirez en reprenant le même parcours en sens inverse. Le thorax s’abaisse, les côtes se rejoignent, le ventre se creuse. Les mains accompagnent.

Conseils

  • Cet exercice peut et doit être recommencé plusieurs fois, cinq au minimum. Cependant les débutants ont besoin de se ménager des temps de pause entre chaque exécution. Ici comme ailleurs le mieux est l’ennemi sournois du bien.
  • Ne pas prolonger le temps de rétention (10 à 20 secondes) au début. Ensuite procéder avec sagesse et selon ses capacités.
  • Cet exercice est déconseillé à ceux qui souffrent de maladies respiratoires ou de troubles cardiaques. Consulter un médecin si l’on veut à tout prix l’effectuer.
  • Le geste des mains est important. Il symbolise l’offrande, la communion, l’amour.

Cette relaxation est une des plus belles qui soient. Son apport tient au mystère. D’ailleurs, comme le dit la tradition, après Shanti-mudra (même simplifié…) toutes les paroles sont vaines. Aussi pour une fois le malicieux, qui en moi jamais tout à fait ne sommeille, a le bec cloué.

(1)    Rishis: maîtres spirituels.
(2)    Cf. Pranayama de Van Lysebeth, Flammarion.
(3)    Assis sur les talons, ou jambes croisées."

 

Extrait de, BRUNEL Henri. - Guide de la relaxation pour ceux qui n'ont pas le temps : vingt-deux recettes "efficaces et goûteuses". - Paris : Seuil, 1996. - RELAXATIONS MENTALES - La Relaxation secrète. - P.107-111. - ISBN : 2.02.030008.7


***

Variante: On peut aussi pratiquer le Shanti Mudra (parfois appelé aussi Prana Mudra: on ressent comme un « tronc » de Prana devant et en soi…), en le commençant en Dhyana Mudra, les mains posées l’une sur l’autre. Pendant la phase de rétention, les bras sont presque tendus (sans verrouillage des articulations), comme illustré ici:

Source : Images ci-dessus tirées de Mudras : L’art de la gestuelle spirituelle, Ingrid Ramm-Bonwitt, Editions Dangles.

Repost 0
Published by lescheminsdelasagesse.over-blog.com - dans Pratiques
commenter cet article
8 août 2010 7 08 /08 /août /2010 16:20


  Source : http://www.youtube.com/watch?v=nDnamSM3Z3s&feature=player_embedded#!

 

 
OM BHUR BHUVAHA SWAHA

TAT SAVITUR VARENYAM


BHARGO DEVASYA DHIMAHI


DHIYO YONAHA PRACHODAYAT

 

Deux traductions :

« Méditons à la lumière de cet adorable soleil (de la conscience spirituelle). Puisse-t-il éveiller notre perception spirituelle dans les trois niveaux - physique, vital et mental. »
   

« Contemplons la radiante source de toute lumière ; puissent nos esprits s'y fondre, et ainsi éveiller notre perception et notre compréhension dans les trois niveaux - physique, vital et mental. »



Textes : la Gayatri mantra est attribuée pour sa conception au sage Vishva Mitra. On le trouve dans le Rig Véda (3-62-10) et dans le Yajur Véda 3-63. Il est connu comme la mère des Védas puisqu'il stimule la révélation.

Origine : la Gayatri a 24 syllabes, elle est l'un des mantras les plus importants du yoga. On dit que la Gayatri contient l'essence des védas, que OM contient l'essence de la Gayatri et que OM est l'expression de l'absolu. La Gayatri peut-être considérée comme l'aspiration concrète de chacun à vouloir aller plus profondément. Elle peut-être utilisée comme un point de concentration pour la méditation, comme une prière (expression de dévotion) et comme un sankalpa (résolution).

Bénéfices : chanter la Gayatri calme le mental et les émotions, et donc nous prépare à la méditation. Cela permet d'éveiller la buddhi - la perception subtile, la capacité de voir derrière la « scène », elle est éveillée à travers le troisième oeil ou Agya Chakra. Cela nous initie à nivritti marga, le retour spirituel à la source.

Sens des mots :
OM : Symbole de la vibration primordiale qui a crée (et continue à créer) toute chose.
bhur : le plan physique.
bhuvaha : le plan vital / énergétique.
swaha : le plan mental incluant le psychique.
tat : cela ; l'absolu ; paramatma ; l'intelligence sous-jacente.
savitur : le soleil ; qui peut faire référence à la fois au soleil physique dans le ciel qui permet la vie sur terre, et à l'atma (conscience) qui nous nourrit de l'intérieur et depuis laquelle nous pouvons devenir spirituellement éveillé.
varenyam : excellent, adorable, digne d'être vénéré.
bhargo : la lumière ; la radiance ; la lumière qui accorde la sagesse.
devasya : le divin ; l'ineffable.
dhimahi : puissions-nous méditer sur
  (note : « dhimahi » est pluriel et non singulier ce qui implique que la personne récitant ce mantra demande que la perception spirituelle soit donnée à tous les êtres et pas seulement à elle-même. Les prières sont souvent égoïstes ; ici la Gayatri est récitée pour le bénéfice de tous).
dhiyo : Buddhi ; faculté mentale qui permet le flot de la conscience.
yo : qui
naha : notre
prachodayat : éclairé ; éveillé.

Pratique : idéalement, la Gayatri devrait être récitée trois fois par jour aux sandhyas - entre le jour et la nuit (aube), entre le matin et l'après-midi (midi) et entre le jour et la nuit (crépuscule).

Article écrit par Swami Nishchalananda Saraswati, directeur de Mandala Yoga Ashram (Pays de Galles). 

Voir link

Repost 0
Published by lescheminsdelasagesse.over-blog.com - dans Pratiques
commenter cet article

A Propos Du Blog

  • : lescheminsdelasagesse.over-blog.com
  • lescheminsdelasagesse.over-blog.com
  • : Un blog dédié à la recherche spirituelle et au sens sacré de la vie, à tout ce qui contribue à faire de nous de meilleurs êtres humains et à nous réconcilier avec le moment présent.
  • Contact

Citation de la semaine

banderolle-mini-ligne-de-fleurs41.gif

 

Au cœur d’un hiver, il arrive parfois qu’on oublie la Vie alors qu’elle fourmille loin des regards, en silence et en secret, dans la pudeur de Son Mystère…
Et puis, l’humain amène la couleur de son visage, comme un printemps, chaque couleur étant nouvelle…
Et la désolation se transforme en acclamation !
Berceau nouveau d’un avenir meilleur, paix espérée pour la Terre entière…
La Nature, dans sa louange silencieuse, déployant ses accents au fil des saisons…
Réapprend à l’Homme… l’Amour !
Il suffit parfois d’un seul arbre, au tronc solide et aux racines profondes, aux branches qui acclament le Ciel et embrassent la Terre comme des bras qui s’ouvrent pour accueillir l’autre…
Il suffit parfois d’un seul arbre pour réapprendre à aimer la forêt…

Michèlle, le 26 septembre 2011

 

banderolle-mini-ligne-de-fleurs41

 

Source  :  http://www.hommesdeparole.org [Phrase de la semaine]

Rechercher

Archives