Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 mai 2011 1 09 /05 /mai /2011 10:57

DENISE-DESJARDINS31.jpg

 

"Denise Desjardins est née en 1923. A l’âge de 21 ans, elle s’installe à paris et continue à peindre – une passion née 8 ans plus tôt – tout en fréquentant les groupes Gurdjieff. A la fin des années cinquante, après avoir été littéralement happée par le regard d’un sage hindou sur une photographie, elle décide de suivre son mari, Arnaud Desjardins, pour un long voyage en inde, de Paris à Calcutta. Durant plus de 20 ans, parfois seule, parfois avec mari et enfants, elle rencontre maîtres et sages comme Swâmi Ramdas, Soufis afghans, Rinpochés tibétains et séjourne longuement auprès de Mâ Anandamayi. Enfin, elle effectue pendant dix ans des retraites auprès de Swâmi Prajnânpad. Au fil de ces années, l’ensemble de ce parcours se révèle être un « chemin », une quête intérieure authentique."

 

 

 

 

  Le désir de s'éveiller

 

 

 

 

 

 

 

  Comment gérer ses émotions, ses sentiments

  ou ses réactions

 

 

 

 

  
 
  Dieu, la plus haute possibilité de l'homme ?

 

 

 

 

 

 

Source texte : INREES. Biographie de Denise Desjardins (en ligne) [page consultée le 9 mai 2011].

Adresse URL :  http://www.inrees.com/soutien/DESJARDINS-Denise/

Source image : http://sourcevoyance.com/tao/denise-desjardins

Source vidéos : INREES. Rencontre unique avec Denise Desjardins (en ligne) [page consultée le 9 mai 2011). Adresse URL : http://www.inrees.com/podcasts/Rencontre-Denise-Desjardins/

Repost 0
7 mai 2011 6 07 /05 /mai /2011 09:17

perroquet.jpg

 

Punjaji (appelé Papaji par ses dévots) raconta alors l'histoire suivante : "Un homme avait été initié dans le mantra 'Sri Ram Jai Ram Jai Jai Ram', il l'avait répété toute sa vie, l'avait copié toute sa vie. Lorsqu'il lui rendit visite, cet homme était alors très vieux. Il était devenu myope et copiait toujours le mantra sur son cahier. Il l'avait copié des millions de fois, mais lorsqu'il vit l'arrivant, il voulut se redresser. Son dos lui fit mal et il dit : Aïe ! ("I" en anglais (je))."

Après toute une vie de répétition du mantra, le "je" était encore là. Ainsi la simple répétition mécanique du mantra ne sert pas à grand chose. Comme le dit Yogiji, ce qui est important, c'est "absolute faith and total surrender" : "foi absolue et total abandon".

Extrait de "Le japa du perroquet"

 

 

C'est histoire est extraite d'un site consacré au Yogi Ramsuratkumar. Vous pouvez vous y rendre en cliquant ici.

 

Source texte : Gaura Krishna. Le japa du perroquet [en ligne] (page consultée le 07 mai 2011). Adresse URL : http://pages.intnet.mu/ramsurat/Perroquet.html

Source image : http://www.flickr.com - Photo de Lisa Giana

Contrat Creative CommonsCe(tte) oeuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Paternité - Partage à l'Identique 2.0 France.

Repost 0
3 mai 2011 2 03 /05 /mai /2011 07:06

Sous le banian

 

 

Source texte : Extrait de BARET Eric. - Corps de silence. - Paris : Ed Almora, 2010. - Introduction. - P.24. - ISBN : 978-2-35118-055-6

Source image originale :  http://www.flickr.com - Photo de Karthick Ramalingam

Contrat Creative CommonsCe(tte) oeuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Partage des Conditions Initiales à l'Identique 2.0 France.

Repost 0
17 avril 2011 7 17 /04 /avril /2011 10:37


"Sagesses Bouddhistes revient sur les origines du zen sôtô, tradition bouddhiste millénaire et ses principales particularités, l’occident ayant trop tendance à le considérer comme une mode, un art de vivre passager ou une simple méditation assise."(1)
------------
L'invité :

"Né en 1953, Pierre Crépon commence la pratique à l’âge de 20 ans et reçoit l’ordination de moine de Maître Taisen Deshimaru en 1975. Il devient l’un de ses proches disciples et suit quotidiennement son enseignement au dojo de Paris et lors de différentes sesshin dans toute l’Europe. Dès 1978, il fait partie des quelques disciples nommés pour enseigner et conduire des sesshins, et désignés comme shusso.

Il participe activement à la mission de son maître, en devenant rédacteur en chef de la revue Zen de l’Association zen internationale (de 1977 à 1987), en aidant à l’organisation des sessions d’été et en participant au conseil d’administration de l’Association. Après la mort de Maître Deshimaru, en 1982, il continue de pratiquer au sein de l’AZI dont il est l’un des responsables (il en a été trésorier pendant douze années et en est actuellement vice-président).

Parallèlement, il poursuit des études universitaires (histoire, archéologie orientale et histoire des religions) puis travaille dans le domaine de l’édition. Il publie plusieurs ouvrages sur le bouddhisme et le zen en tant qu’auteur (Dictionnaire de la spiritualité orientale, Les Fleurs de Bouddha, Pratiquer le zen, Contes et paraboles du Bouddha) et en tant qu’éditeur (notamment la traduction en cours par Yoko Orimo du Shôbôgenzô de maître Dôgen).

En 1994, il s’installe à Vannes en Bretagne avec son épouse Brigitte Seijô où ils créent un dojo ; celui-ci devient le temple Kokaiji (temple de l’Ancien Océan) en 2003. Dans le même temps il entreprend de renouer avec la tradition du zen japonais et devient disciple de Maître Shinzan Egawa, Kannin du grand temple de Sojiji, dont il reçoit la transmission du Dharma en 1998. Par la suite il continue de faire de nombreux voyages au Japon et participe au rapprochement entre le zen européen et japonais.Président de l’Union bouddhiste de France de 2003 à 2007, Pierre Dôkan Crépon est enseignant (kyoshi) de l’école du zen Sôtô." (2)

 

 

Source textes : 

(1) CREPON Pierre. Dôkan Crépon [en ligne] (page consultée le 17 avril 2011). Adresse URL:     http://www.kokaiji.org/crbst_13.html#anchor-top

(2) SAGESSES BOUDDHISTES. Programme des prochianes émissions : pratiques et rituels de la tradition Zen [en ligne] (page consultée le 17 avril 2011). Adresse URL : http://www.bouddhisme-france.org/sagesses-bouddhistes/article/programme-des-prochaines-emissions.html

Source vidéo : http://www.dailymotion.com/video/xhu75m_sagesses-bouddhistes-la-tradition-zen-soto_webcam

Repost 0
17 avril 2011 7 17 /04 /avril /2011 08:41

"Dans la pratique indienne de même, tout prânâyâma commence par la conscience, la prise de conscience. Mais conscience ne signifie pas forcément contrôle. Car les gens obsédés de contrôle ne s’interrogent pas assez sur le contrôleur. Qui contrôle quoi ? Comment l’ego – qui est par nature limité, dysharmonieux – pourrait-il espérer amener un ordre, une harmonie dans le corps et le mental ? Ceux qui poursuivent avec acharnement ces méthodes ne voient pas qu’ils tournent en rond, qu’ils ne font au mieux qu’élargir leur prison. Que vous soyez capable de retenir votre souffle vingt secondes ou vingt minutes ne change pas grand-chose : de toute façon vous atteindrez toujours une limite, qui est celle soit de l’espèce, soit de votre incarnation actuelle. Est-ce à dire qu’il ne faut rien faire ?

Je suggère d’abord de se laisser respirer. Je sais : cette expression, souvent employée dans les cours de yoga, est devenue un cliché. Il n’empêche qu’elle recèle un sens profond. Ne pensez jamais, lorsque vous expirez, que vous « chassez » l’air : pensez plutôt (ou plutôt faites-le sans penser) que vous le donnez, que vous l’offrez. De même, n’associez jamais l’inspiration à un « prendre » : recevez, accueillez, acceptez ce qui vient. Ne laissez jamais intervenir la volonté dans les intervalles, abandonnez l’idée et jusqu’au mot de « rétention » (quelle avarice de vouloir retenir !). Le souffle s’interrompt, se suspend : très bien, observez, contemplez, savourez cette absence, sans projection, sans anticipation. Le souffle reviendra quand il voudra, il vous quittera quand il voudra. Ou encore inversez la perception ordinaire, imaginez que vous êtes le souffle et non pas celui qui reçoit et évacue le souffle. Prenez le point de vue du souffle. Vous allez, à l’inspir, envahir ce corps, ces poumons que vous aviez la mauvaise habitude d’appeler vôtres : quelle exploration fabuleuse ! Vous allez, à l’expir, pénétrer, envahir cet espace paraît-il extérieur, allez loin, aussi loin que votre esprit peut aller, que votre souffle-esprit devienne l’oie migratrice, traversez le ciel, diffusez-vous à l’infini. Quand vous aurez expérimenté cela, il se peut que les « exercices » traditionnels de prânâyâma, les kapâlabhâti et les bhastrikâ auxquels vous vous shootiez, perdent beaucoup de leur attrait. Peut-être mais peut-être pas. Je ne veux rien préjuger. Il se peut au contraire que vous les redécouvriez avec une nouvelle fraîcheur et que les jeux retrouvés de l’Energie vous plongent, à vous en couper le souffle, dans la Joie véritable."

Pierre Feuga

 

Pour lire l'article en entier, cliquez sur Aperçus sur le Prânâyamâ - Pierre Feuga puis descendez jusqu'à trouver l'article du même nom.

 

 

Source texte : FEUGA Pierre. Articles, chroniques, interview et notes de lectures par Pierre Feuga. - Aperçus sur le Prânâyamâ [en ligne] (page consultée le 17 avril 2011). Adresse URL : http://pierrefeuga.free.fr/articles.htm

Repost 0
Published by Guimay - dans Pierre Feuga
commenter cet article
12 avril 2011 2 12 /04 /avril /2011 05:44

Il s’agit ici de la retranscription  d’un extrait  d’une interview de Jacques Vigne, menée par Marc de Smedt pour le magazine Nouvelles Clés (vous pouvez d’ailleurs écouter cet extrait en cliquant ici, à la 3.33 min). En retranscrivant cet échange, j’ai essayé de garder le plus possible la dimension orale, en sachant qu’il m’a fallu parfois reformuler  légèrement pour rendre le texte moins lourd et plus agréable à lire. Les paroles de Jacques Vigne sont très belles et expriment un aspect important de la pratique de la méditation. Je vous laisse savourer ce texte en souhaitant qu’il puisse enrichir votre pratique.

 

Jeune-indien-en-meditation.jpg

 

"Jacques  Vigne :  Il y a aussi quelque chose de très beau que disait Milarépa, il disait, « vous croyez que je suis un moine et que je vis seul,  mais au fait, j’ai ma fille ainée qui est tout le temps avec moi et cette fille ainée elle s’appelle attention. » Donc, on a une tendresse dans l’attention et si par exemple on l’applique au souffle, de même que quand vous avez votre fille,  vous ne voulez pas que ce soit un robot que vous dirigez comme une télécommande, vous acceptez qu’elle joue, que de temps en temps elle vous fasse des farces, qu’elle ne fasse pas exactement ce que vous voulez parce que vous savez que c’est le jeu de la relation, de même avec sa respiration, il ne faut pas chercher à la diriger comme un robot. Mais au contraire, à accepter qu’elle est sa vie propre, qu’elle fasse des farces, qu’elle aille avec son mouvement et à ce moment-là, on la suit avec tendresse,  parce qu’on sait que cette irrégularité, cet imprévu dans la respiration, c'est le signe même de la vie, c’est la vie qui augmente, qui s’épanouie.

Marc de Smedt : Alors, c’est à la fois une concentration, attention à la respiration, c'est-à-dire donc comme un effort et à la fois liberté et souplesse ?

J. V : Et observation ! Normalement on divise les techniques de méditation en Vipassana et en Samatha. C'est-à-dire observation et concentration, ce sont les termes pâli. Et la respiration, enfin je ne sais pas ce qu’en diront les maîtres bouddhistes, mais à mon sens, en réfléchissant, ça fait le pont entre les deux. Car pour bien observer sa respiration, il faut être concentré dessus et pour être bien concentré sur sa respiration, il faut observer tout ce qui nous distrait et donc comprendre que ce qui se passe au niveau des mécanismes mentaux qui empêchent d’être absorbé dans sa respiration."

 

 

Source texte : Retranscription à partir d'un extrait de: VIGNE Jacques. - Méditation et psychologie [document sonore]. - Paris : Nouvelles Clés, 2007, 45 mn 45.

Source image originale: http://www.flickr.com/photos/roshnii/110087684/ - Photo de Roshnii Rose

Contrat Creative CommonsCe(tte) oeuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Partage des Conditions Initiales à l'Identique 2.0 France.

Repost 0
9 avril 2011 6 09 /04 /avril /2011 15:59

Voici une méditation très profonde proposée par le Centre de Yoga de l'Aube et offerte dans la newsletter de ce mois d'avril.

 

"Le Centre de Yoga de l'Aube a été créé pour concrétiser l'état d'esprit du yoga, grâce à l'aspiration et la volonté commune d'un groupe de pratiquants. Les enseignements suivent la méthode mise au point par Swami Satyananda Saraswati, une association des voies du yoga et d'un ensemble de pratiques pour le corps, le mental et l'esprit." La suite en cliquant sur [...]


Une méditation pour guérir son coeur et écouter son langage

"Asseyez-vous dans une position confortable, jambes croisées.Vérifiez la détente et la solidité de la base de votre posture. Puis commencez par installer un état de calme et de stabilité, appelé Kaya Sthairyam. Percevez tout votre corps, détendez-le et acceptez de ne plus bouger. Concentrez-vous quelques temps sur le corps et la sensation d'immobilité.

Portez ensuite votre attention au niveau du sternum, à l'avant et au centre de la poitrine. C'est le kshetram ou point d'activation du chakra anahata. Les chakras sont situés le long de la colonne vertébrale mais ils ont aussi une correspondance à l'avant. Depuis ce point central du sternum, vous allez suivre une ligne horizontale : à l'inspiration, le souffle et l'attention circulent de l'avant vers l'arrière et à l'expiration, de l'arrière vers l'avant. Votre respiration est naturelle, sentez-la qui se fraye un passage vers le chakra à l'inspiration ; à l'expiration, vous revenez vers l'avant. Votre conscience s'absorbe dans ce mouvement. Peu à peu vous serez capable de voir le passage psychique qui rejoint le kshetram et le chakra. Votre respiration devient subtile et légère, elle rejoint les deux points. Votre attention s'immerge dans la sensation du passage et la perception d'anahata chakra. Introduisez maintenant le mantra OM, un son mental continu accompagne l'inspiration vers l'arrière et un autre son revient en avant avec l'expiration. Vous avez ainsi trois éléments à unir, le souffle, l'attention qui circule dans le passage et le son Om. Sentez que le souffle et le mantra ouvre cette région, sensibilise votre coeur et le guérit. Continuez cette pratique encore 5 à 10 minutes.

Puis laissez votre mental se relâcher en gardant le corps immobile. Posez votre attention au centre de l'espace de la poitrine et ayez conscience de votre être sous la forme d'une petite flamme fixe et lumineuse. Chantez 3 fois le son Om, les vibrations sonores emplissent l'espace de votre coeur. Revenez au corps et à l'environnement. Bougez lentement et quittez la posture assise."

 

Extrait de la Newsletter n°20 - avril 2011, Centre de Yoga de l'Aube

 

Pour tous les amoureux du yoga et les curieux, vous pouvez vous abonner gratuitement à la newslettrer dont est extrait cette méditation, en cliquant ici.

 

Vous pouvez aussi directement vous rendre sur le site en cliquant ici, ou sur leur blog en cliquant ici.

Repost 0
Published by Guimay - dans Pratiques
commenter cet article
4 avril 2011 1 04 /04 /avril /2011 10:07

 

"Le corps connaît la santé car il est né de la santé. Il n'y a rien d'autre à faire que d'éliminer la cause qui  l'empêche d'y revenir."

Paroles de Jean Klein

 

373.jpg

 

 

Extrait de ZONDERVAN Koos. - Le yoga tantrique : le yoga tantrique selon l'enseignement de Jean Klein. - Paris : Ed Almora, 2010. - Annexe 1 : une alimentation appropriée. - 9-782351-180549

Source image : http://guideyoga.org/sante/yoga-sante-cycle-elements-nutritifs.html

Repost 0
18 mars 2011 5 18 /03 /mars /2011 09:41

Image-netvibes-les-chemins-de-la-sagesse-copie-2.jpg 

Si vous souhaitez poursuivre en consultant des liens autour des catégories de ce blog, alors dès maintenant, vous pouvez vous rendre sur le Netvibes "Les chemins de la sagesse".  Ce nouvel espace est en cours de construction, mais vous y trouverez déja quelques liens, vers des blogs, sites, pages autour d'Arnaud Desjardins, Ramana Maharshi, etc.

 

En espérant que vous serez nombreux à apprécier ce lieu de partage,

Guimay

P/s : Si vous souhaitez partager des liens vers des sites qui vous ont plus alors n'hésitez pas à ajouter un petit commentaire à cette publication mentionnant son adresse URL ou à m'envoyer un message en cliquant sur l'onglet du même nom.

Repost 0
Published by Guimay - dans Textes divers
commenter cet article
13 mars 2011 7 13 /03 /mars /2011 20:31
"Pianiste-compositeur, il parcourt la terre avec son piano à queue, donnant des concerts dans les lieux les plus inattendus dans le but de tisser des liens entre les hommes. Pour partager sa passion, il organise les Caravanes amoureuses."
Présentation extraite d'une brochure de Terre du Ciel.

 

Source vidéo : http://www.dailymotion.com/video/xdl89w_creation#from=embed

Source texte : http://www.terre-du-ciel.fr/telechargements/Forums/brochure_forum13sep2010.pdf

Repost 0

A Propos Du Blog

  • : lescheminsdelasagesse.over-blog.com
  • lescheminsdelasagesse.over-blog.com
  • : Un blog dédié à la recherche spirituelle et au sens sacré de la vie, à tout ce qui contribue à faire de nous de meilleurs êtres humains et à nous réconcilier avec le moment présent.
  • Contact

Citation de la semaine

banderolle-mini-ligne-de-fleurs41.gif

 

Au cœur d’un hiver, il arrive parfois qu’on oublie la Vie alors qu’elle fourmille loin des regards, en silence et en secret, dans la pudeur de Son Mystère…
Et puis, l’humain amène la couleur de son visage, comme un printemps, chaque couleur étant nouvelle…
Et la désolation se transforme en acclamation !
Berceau nouveau d’un avenir meilleur, paix espérée pour la Terre entière…
La Nature, dans sa louange silencieuse, déployant ses accents au fil des saisons…
Réapprend à l’Homme… l’Amour !
Il suffit parfois d’un seul arbre, au tronc solide et aux racines profondes, aux branches qui acclament le Ciel et embrassent la Terre comme des bras qui s’ouvrent pour accueillir l’autre…
Il suffit parfois d’un seul arbre pour réapprendre à aimer la forêt…

Michèlle, le 26 septembre 2011

 

banderolle-mini-ligne-de-fleurs41

 

Source  :  http://www.hommesdeparole.org [Phrase de la semaine]

Rechercher

Archives