Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 août 2010 2 31 /08 /août /2010 22:29

Souvenez-vous: Je suis !

                                  Première et unique étape : Souvenez-vous que Vous Êtes.

Osho I am

 

Où que vous soyez, souvenez-vous que vous êtes. Cette conscience que vous êtes devrait devenir une continuité. Non pas votre nom, votre caste ou votre nationalité ou ces choses futiles, absolument inutiles. Souvenez-vous simplement de ceci: "Je suis". Cela ne doit pas être oublié; en marchant, en étant assis, en mangeant, en parlant, souvenez-vous: "Je suis".

Ce sera difficile, très laborieux. Au début vous continuerez à oublier, il y aura seulement de petits moments où vous vous sentirez illuminé et ensuite, c'est perdu. Mais ne devenez pas malheureux, même de petits moments est énorme. Continuez, toutes les fois où vous pouvez vous le rappeler, reprenez contact avec ce fil. Lorsque vous oubliez, ne vous inquiétez pas, souvenez-vous de nouveau et bientôt les espaces diminueront, les intervalles commenceront à cesser, une continuité surgira.

Et chaque fois que votre conscience devient continue, vous n'avez pas besoin d'utiliser le mental.

Alors il n'y a aucune planification, alors vous agissez à partir de votre conscience, non à partir de votre mental. Alors il n'y a aucun besoin d'excuse, aucun besoin d'explication; alors vous êtes ce que vous êtes, il n'y a rien à cacher. Quoique vous soyez, vous l'êtes. Vous ne pouvez rien faire d'autre. Vous pouvez seulement être dans un état continu de ressouvenir. De par ce ressouvenir, cette reconnaissance, vient la religion authentique, vient la moralité authentique.

C'est ce que les Hindous appellent le rappel à soi-même, ce que le Bouddha a appelé le véritable ressouvenir, ce que Gurdjieff avait coutume d'appeler le rappel à soi-même, ce que Krishnamurti appelle conscience. C'est la partie la plus substantielle de la méditation, se rappeler que: "Je suis".

Vous n'avez pas besoin de répéter mentalement: "je marche". Si vous le répétez, ce n'est pas se souvenir. Vous devez vous être conscient de manière non verbale que: "je marche, je mange, je parle, j'écoute". Quoique ce soit que vous fassiez, le "Je" intérieur ne devrait pas être oublié; il doit rester.

Ce n'est pas être conscient de soi. C'est la conscience du "Je".

Être conscient de soi fait parti de l'ego. La conscience du "Je" est asmita pureté; simplement être conscient de "Je suis".
D'ordinaire, votre conscience est pointée vers l'objet. Vous me regardez: votre conscience tout entière se tourne vers moi comme une flèche. Mais vous êtes pointé vers moi. La conscience du "Je" veut dire que vous devez avoir une double flèche; un côté tourné vers moi, l'autre côté tourné vers vous.

Une double-flèche est le rappel à soi-même.


Osho, Extrait de: The Empty Boat et Yoga: The Alpha & Omega

 

Source image et texte : http://www.osho.com/Main.cfm?Area=Meditation&Language=French


Partager cet article

Repost 0
Published by Les chemins de la sagesse - dans Osho
commenter cet article

commentaires

A Propos Du Blog

  • : lescheminsdelasagesse.over-blog.com
  • lescheminsdelasagesse.over-blog.com
  • : Un blog dédié à la recherche spirituelle et au sens sacré de la vie, à tout ce qui contribue à faire de nous de meilleurs êtres humains et à nous réconcilier avec le moment présent.
  • Contact

Citation de la semaine

banderolle-mini-ligne-de-fleurs41.gif

 

Au cœur d’un hiver, il arrive parfois qu’on oublie la Vie alors qu’elle fourmille loin des regards, en silence et en secret, dans la pudeur de Son Mystère…
Et puis, l’humain amène la couleur de son visage, comme un printemps, chaque couleur étant nouvelle…
Et la désolation se transforme en acclamation !
Berceau nouveau d’un avenir meilleur, paix espérée pour la Terre entière…
La Nature, dans sa louange silencieuse, déployant ses accents au fil des saisons…
Réapprend à l’Homme… l’Amour !
Il suffit parfois d’un seul arbre, au tronc solide et aux racines profondes, aux branches qui acclament le Ciel et embrassent la Terre comme des bras qui s’ouvrent pour accueillir l’autre…
Il suffit parfois d’un seul arbre pour réapprendre à aimer la forêt…

Michèlle, le 26 septembre 2011

 

banderolle-mini-ligne-de-fleurs41

 

Source  :  http://www.hommesdeparole.org [Phrase de la semaine]

Rechercher

Archives