Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 février 2011 6 05 /02 /février /2011 12:46

Protéger la continuité de nos experiences

Chaque fois que possible, se méfier des interruptions. Cela concerne souvent l'environnement de travail : ne pas travailler à son ordinateur avec sa boîte à mails ouverte, débrancher son portable. S'accorder dans la journée de travail au moins une période d'une ou deux heures où on ne répond pas au téléphone, ni évidemment aux mails et SMS. On a pu montrer à quel point les interruptions amoindrissent notre efficacité au travail, les comparant même, en termes d'effets sur notre QI, à la prise d'un joint de marijuana. Et, à la différence de la marijuana, les interruptions ont plutôt un effet stressant. S'accorder le luxe gratuit de la continuité.

[...]

Prendre du temps avant de répondre à une question

Parfois, la vie consciente provoque en nous des attitudes, ou des envie inhabituelles.  Statue-posture-meditation-copie-2.jpgPar exemple,  face à certaines questions que l'on nous pose, oser dire:  "C'est difficile, je prends un peu de temps pour réfléchir, si vous le permettez. " Et on s'arrête pour réféchir. Au lieu de répondre tout de suite avec du prêt-à-penser pas forcément adapté. Pourquoi ne le fait-on pas plus souvent ? Pas seulement parce que c'est délicat socialement de faire attendre les autres. Pas seulement parce qu'on n'est pas sûr qu'attendre et réfléchir va nous aider à trouver la réponse, si elle n'était pas déjà dans un des tiroirs prêts à l'emploi de notre mémoire. Pas seulement parce qu'on craint que notre interlocuteur ne nous trouve - tout de même - un peu bizarre. Non, on répond tout de suite  parce que c'est comme ça, que c'est ce qui se fait et dont on a l'habitude. Mais alors, ça veut dire qu'on ne sortira jamais des rails, qu'on ne sera jamais surpris ou enrichi par une question ! Que nos réponses ne seront que des réponses déjà données ailleurs ! Que la question ne nous fera pas vraiment réfléchir ! Réfléchir, ce n'est pas toujours chercher une réponse.

En réalité, on fait souvent ce travail après coup, de se dire : tiens, c'était bizarre, cette question m'a intrigué, déstabilisé, touché. Mais parfois, on aurait intérêt à se le dire en temps réel, intérêt à en parler avec la personne. Mais cela prend du temps, de réfléchir davantage...

[...]

Vivre en pleine conscience : il y'a quelqu'un là-dedans ?

La vie consciente, c'est la vie normale, tout simplement. Mais avec une permanence d'ouverture et de sensibilité. Une permanence d'accueil pour le banal et l'exceptionnel. La vie consiente,c'est la vie maintenant. Compliquée, confuse, imparfaite, bancale. 

 

Extrait de ANDRE Christophe,  Les Etats d'âme, Ed Albin Michel

 

 

Source image : http://flic.kr/p/5RLdD6 - Photo de Paul Kaiser

Contrat Creative CommonsThis création is licensed under a Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Partage des Conditions Initiales à l'Identique 2.0 France License.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Courté 06/02/2011 12:14


Une pierre, peut-être, à l’édifice de la vie, en hommage à tous les chercheurs de vérité.
___________
Un seul être vous manque, et tout est dépeuplé. (Alphonse de Lamartine).
ooo

L’existence est le produit d’un cerveau, malade, en peine d’un égo qui n’a d’intérêt qu’à la division. En nous attachant à la maladie (l’égo), nous avons rejeté l’Esprit. Inversons les choses à
présent, servons nous de la dynamique propre à l’égo, la division, et pardonnons à l’autre notre propre maladie ; elle est la même, non dans la forme, mais dans le contenu: Celui de la culpabilité.
Nous nous rendons coupable de notre séparation d’avec Dieu, le péché originel, et nous ne voyons plus en l’autre la lumière qui est celle du Christ en chacun de nous : Une seule lumière, qui, en
nous soignant de toutes nos blessures, nous fera participer à l’avènement, en elle, de notre vraie nature spirituelle.
Pardonner à l’autre, et c’est là la clé de notre guérison, c’est se pardonner à soi-même.
"Béni ce lion que mange l'homme de façon que ce lion se fasse homme. Maudit par contre cet homme que le lion dévore, afin que ce lion devienne également homme." (Evangile de St Thomas).


A Propos Du Blog

  • : lescheminsdelasagesse.over-blog.com
  • lescheminsdelasagesse.over-blog.com
  • : Un blog dédié à la recherche spirituelle et au sens sacré de la vie, à tout ce qui contribue à faire de nous de meilleurs êtres humains et à nous réconcilier avec le moment présent.
  • Contact

Citation de la semaine

banderolle-mini-ligne-de-fleurs41.gif

 

Au cœur d’un hiver, il arrive parfois qu’on oublie la Vie alors qu’elle fourmille loin des regards, en silence et en secret, dans la pudeur de Son Mystère…
Et puis, l’humain amène la couleur de son visage, comme un printemps, chaque couleur étant nouvelle…
Et la désolation se transforme en acclamation !
Berceau nouveau d’un avenir meilleur, paix espérée pour la Terre entière…
La Nature, dans sa louange silencieuse, déployant ses accents au fil des saisons…
Réapprend à l’Homme… l’Amour !
Il suffit parfois d’un seul arbre, au tronc solide et aux racines profondes, aux branches qui acclament le Ciel et embrassent la Terre comme des bras qui s’ouvrent pour accueillir l’autre…
Il suffit parfois d’un seul arbre pour réapprendre à aimer la forêt…

Michèlle, le 26 septembre 2011

 

banderolle-mini-ligne-de-fleurs41

 

Source  :  http://www.hommesdeparole.org [Phrase de la semaine]

Rechercher

Archives