Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 avril 2011 2 12 /04 /avril /2011 05:44

Il s’agit ici de la retranscription  d’un extrait  d’une interview de Jacques Vigne, menée par Marc de Smedt pour le magazine Nouvelles Clés (vous pouvez d’ailleurs écouter cet extrait en cliquant ici, à la 3.33 min). En retranscrivant cet échange, j’ai essayé de garder le plus possible la dimension orale, en sachant qu’il m’a fallu parfois reformuler  légèrement pour rendre le texte moins lourd et plus agréable à lire. Les paroles de Jacques Vigne sont très belles et expriment un aspect important de la pratique de la méditation. Je vous laisse savourer ce texte en souhaitant qu’il puisse enrichir votre pratique.

 

Jeune-indien-en-meditation.jpg

 

"Jacques  Vigne :  Il y a aussi quelque chose de très beau que disait Milarépa, il disait, « vous croyez que je suis un moine et que je vis seul,  mais au fait, j’ai ma fille ainée qui est tout le temps avec moi et cette fille ainée elle s’appelle attention. » Donc, on a une tendresse dans l’attention et si par exemple on l’applique au souffle, de même que quand vous avez votre fille,  vous ne voulez pas que ce soit un robot que vous dirigez comme une télécommande, vous acceptez qu’elle joue, que de temps en temps elle vous fasse des farces, qu’elle ne fasse pas exactement ce que vous voulez parce que vous savez que c’est le jeu de la relation, de même avec sa respiration, il ne faut pas chercher à la diriger comme un robot. Mais au contraire, à accepter qu’elle est sa vie propre, qu’elle fasse des farces, qu’elle aille avec son mouvement et à ce moment-là, on la suit avec tendresse,  parce qu’on sait que cette irrégularité, cet imprévu dans la respiration, c'est le signe même de la vie, c’est la vie qui augmente, qui s’épanouie.

Marc de Smedt : Alors, c’est à la fois une concentration, attention à la respiration, c'est-à-dire donc comme un effort et à la fois liberté et souplesse ?

J. V : Et observation ! Normalement on divise les techniques de méditation en Vipassana et en Samatha. C'est-à-dire observation et concentration, ce sont les termes pâli. Et la respiration, enfin je ne sais pas ce qu’en diront les maîtres bouddhistes, mais à mon sens, en réfléchissant, ça fait le pont entre les deux. Car pour bien observer sa respiration, il faut être concentré dessus et pour être bien concentré sur sa respiration, il faut observer tout ce qui nous distrait et donc comprendre que ce qui se passe au niveau des mécanismes mentaux qui empêchent d’être absorbé dans sa respiration."

 

 

Source texte : Retranscription à partir d'un extrait de: VIGNE Jacques. - Méditation et psychologie [document sonore]. - Paris : Nouvelles Clés, 2007, 45 mn 45.

Source image originale: http://www.flickr.com/photos/roshnii/110087684/ - Photo de Roshnii Rose

Contrat Creative CommonsCe(tte) oeuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Partage des Conditions Initiales à l'Identique 2.0 France.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Guimay 24/04/2011 06:54


Je m'excuse !

Je viens de me rendre compte d'une erreur de retranscription. Il ne s'agissait pas de la "joie de la relation" mais du "jeu de la relation". Petit sourire cependant ! :)

Bonne lecture !


A Propos Du Blog

  • : lescheminsdelasagesse.over-blog.com
  • lescheminsdelasagesse.over-blog.com
  • : Un blog dédié à la recherche spirituelle et au sens sacré de la vie, à tout ce qui contribue à faire de nous de meilleurs êtres humains et à nous réconcilier avec le moment présent.
  • Contact

Citation de la semaine

banderolle-mini-ligne-de-fleurs41.gif

 

Au cœur d’un hiver, il arrive parfois qu’on oublie la Vie alors qu’elle fourmille loin des regards, en silence et en secret, dans la pudeur de Son Mystère…
Et puis, l’humain amène la couleur de son visage, comme un printemps, chaque couleur étant nouvelle…
Et la désolation se transforme en acclamation !
Berceau nouveau d’un avenir meilleur, paix espérée pour la Terre entière…
La Nature, dans sa louange silencieuse, déployant ses accents au fil des saisons…
Réapprend à l’Homme… l’Amour !
Il suffit parfois d’un seul arbre, au tronc solide et aux racines profondes, aux branches qui acclament le Ciel et embrassent la Terre comme des bras qui s’ouvrent pour accueillir l’autre…
Il suffit parfois d’un seul arbre pour réapprendre à aimer la forêt…

Michèlle, le 26 septembre 2011

 

banderolle-mini-ligne-de-fleurs41

 

Source  :  http://www.hommesdeparole.org [Phrase de la semaine]

Rechercher

Archives